immigrer à Toronto déménager à Toronto voyager à Toronto se loger à Toronto
Le système de santé de l'Ontario OHIP Le Guide de Toronto informations importantes sur Toronto Trouver un emploi à Toronto
Vous êtes ici: Page d'accueil > Immigrer à Toronto > Statuts possibles

Immigrer à Toronto



Statuts possibles


Il existe plusieurs status possibles pour immigrer au Canada.


  • Travailleurs qualifiés ("Skilled Workers")

Vous faites partie des professionnels recherchés par le Canada (voir ce lien). En 2001 par exmeple, les infirmières étaient recherchées par les services canadiens car le pays en avait grandement besoin (j'avais même entendu dire qu'ils recrutaient directement auprès des écoles d'infirmières). Si tel est le cas, les Ressources Humaines du Canada vous proposeront peut-être de travailler au Canada spontanément (ils vont parfois aussi chercher les candidats à la sortie des Ecoles parmis les jeunes diplômés). Sachez que le type de contrat proposé par le Canada est souvent temporaire, et non permanent. Il vous permettra cependant d'avoir un pied à l'étrier pour faire votre demande de résidence permanente une fois sur place.



  • Investisseurs

Vous avez les reins (très) solides financièrement et souhaitez investir dans l'économie canadienne, c'est possible. Il vous faudra montrer patte blanche et un compte en banque bien garni puisque je crois le montant minimum a été revu à la hausse (CA$ 1,000,000, donnée 2002). Si c'est le cas et si vous avez un projet porteur, la porte vous est grande ouverte.



  • Demande classique normale

Vous faites partie des français moyens et souhaitez partir à l'aventure. La demande de résidence permanente est l'option à choisir. Elle est tout d'abord assez lente (entre 12 et 18 mois) et coûteuse (environ 10,000 FF ou 1,500 €). De plus, vous n'êtes pas garantis d'arriver au bout du processus... Là aussi il vous faudra montrer patte blanche : un premier questionnaire, qui ouvrira votre dossier, devra être rempli et renvoyé pour une première pré-évaluation. Il vous sera retourné dans un délai de trois mois, seulement si votre dossier est retenu ; si vous n'avez pas de réponse, dommage pour vous, c'est que votre dossier a été refusé. Si vous passez cette première étape, qui fonctionne selon un barême de points (selon votre âge, qualification professionnelle, statut familial...) vous aurez alors le droit de re-remplir le même formulaire, mais accompagné cette fois de toutes les pièces justificatives, notamment les photocopies de vos contrats de travail des dix dernières années (gloup !). Bonne chance à ceux qui ne rangent pas leurs affaires !! Pour tous les détails de la procédure de résidence permanente, rendez-vous à la rubrique Procédure Québec.



  • Demande dans le cadre des études

Vous êtes étudiant et peut-être chanceux! Certaines universités offrent des programmes d'échange inter-universités entre la France et le Canada (souvent le Québec). Renseignez-vous, cette voie est intéressante et vous permet même parfois d'obtenir des bourses pour vos études à l'étranger.



  • Réfugié politique

Adressez-vous à l'Ambassade du Canada pour plus d'information.



  • Visa vacances-travail (ou "PVT", Permis Vacances Travail)

Vous n'êtes pas sûr et vous voulez tenter l'avanture, ou juste passer un peu de temps au Canada (ou ailleurs). Le visa vacances-travail peut être une solution intéressante. Relativement récent, ce type de visa peut s'avérer une bonne alternative, puisque ce statut vous permettra de travailler au Canada. Sa durée est cependant limitée à 1 an et il ne peut pas être renouvelé. En outre, le nombre de visas Vacances-Travail émis est sujet à un quota annuel. Prudence donc si vous faites votre demande en fin d'année, il se peut qu'elle soit refusée.



  • Le VIE, Volontariat Inetrnational en Entreprise (anciennement "CSNE", ou Coopération du Service National en Entreprise")

Vous avez fait votre service national et souhaitez partir dans le cadre d'un Volontariat International en Entreprise. C'est l'option que j'ai choisie, et j'ai eu la chance de bénéficier de ce système qui hélas n'offre que peu de postes.

Ces contrats sont gérés par Ubifrance, ex-"CFME-ACTIM". D'une durée de 6 à 24 mois maximum (en fonction des pays), il peut être également décliné en VIA (Volontariat International dans l'Administration). L'idéal, mais le plus difficile à obtenir: peu d'offres, et beaucoup de candidats. Mais le jeu en vaut la chandelle: vous dépendez du système de protection sociale français et vos revenus sont exonérés d'impôts dans les deux pays (France et celui dans lequel vous partez). Evidemment, les places sont comptées et les candidatures nombreuses.

A la période à laquelle j'ai commencé ma recherche d'emploi pour le Canada (Mai 2001), il n'y avait que 2 postes de VIE disponibles pour ce pays; l'un en tant que scientifique dans le domaine de la pharmacie et l'autre comme vendeur interne pour LaCie. Alors accrochez-vous et suivez cela de près. La meilleure solution est de vous inscrire sur le site du CiviWeb dès que vous le pouvez. En ce qui me concerne, j'avais eu à remplir un dossier qui m'avait été envoyé par le CIVI par la Poste. La procédure est rapide (environ deux semaines) et ensuite vous aurez accès à toutes les informations nécessaires pour la mise en place de votre VIE.



  • L'expatriation par une entreprise française

Vous vous faites expatrier par une société française... Le top du top! Mais les postes sont encore plus rares, et en général seulement disponibles "de l'intérieur", c'est à dire qu'il sont en priorité proposés aux employés existants de l'entreprise. Ils sont rares, très convoités et compte tenu du coût d'un tel poste pour une entreprise, les candidats sont sélectionnés selon des critères sévères.



  • L'aventure... En tant que touriste

Vous partez à l'aventure. Je n'en parle même pas, les risques et incertitudes sont trop grands à mon goût. Déconseillé! J'en ai eu l'amère expérience lors de notre premier voyage de découverte à Montréal en mai 2001, où j'ai pu rencontrer deux entreprises (Xérox et EchoSystems, cette dernière à d'ailleurs coulé depuis). Je me suis fait refouler dans les deux cas car je n'avais pas de papiers officiel ou de permis de travail légitime. Donc à moins de travailler "au noir", il vous sera difficile de subsister.





Le Guide de Toronto © - Site optimisé pour une résolution minimale de 800x600
Toutes les informations de ce site sont propriété de Mathias Rousseau (mathias(dot)rousseau(at)free(dot)fr)
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation
Dernière modification: